13/02/2012

I'll miss you




Un cri qui marque le passage de la vie aquatique à la vie terrestre. Un cri de douleur pour gonfler pour la première fois les alvéoles pulmonaires du souffle de vie. Un cri, la première douleur de la vie. Un enfant est né.


Le cycle naturel, la vie intimement liée à la mort. On ne le pense pas tout haut mais on le sait au fond de nous: ce premier cri enclenche le compte à rebours qui conduit inéluctablement vers la mort. Mais qu'importe, on est heureux d'accueillir ce petit être fragile.

Hop! le grand saut dans ce monde, dans ce jeu où l'objectif est d'éviter les coups vicieux de La Grande Faucheuse, cette grande stratège qui nous attend dans un virage mal négocié, dans le froid, la faim, la maladie, la guerre ou dissimulée dans cette ligne de cocaïne. 

Célébrités ou anonymes, aucune mort ne devrait être banale ou de peu d'intérêt. Elle gagne toujours et laisse derrière elle un cortège de larmes et de déchirement. Ne nous réjouissons de la mort de personne car la mort est un échec de la vie.

Notre seule arme est notre incroyable instinct de survie, allié de l'espoir: nager le plus longtemps possible, tenir pendant des mois au fond d'une mine, s'éloigner d'un amour destructeur... Oui, parce qu'une seule rencontre peut complètement nous ruiner, nous devons savoir nous détacher des relations destructrices avant qu'elles ne nous jettent dans le précipice.

"Mangeons et buvonscar demain nous mourrons" disent certains pour justifier une vie de tous les excès. Moi je dis profitons le plus longtemps possible de nos proches et de toutes ces belles choses (de plus en plus rares) que nous donne la vie. 

"I believe the children are our future
Teach them well and let them lead the way 
Show them all the beauty they possess inside 
Give them a sense of pride to make it easier 
Let the children's laughter remind us how we used to be"

L.

2 commentaires: